Chaudronnier

Acteur essentiel de l’industrie mécanique et aéronautique, le chaudronnier est très recherché sur le marché du travail.

Le métier de chaudronnier ?

Le Chaudronnier intervient sur chantier et en atelier sur des pièces usées, déformées ou cassées suite à un incident de production (rupture, défaut de lubrification, montée en température, surpression…). La maintenance est un métier manuel dans lequel le chaudronnier utilise de nombreux outils pour mesurer, tracer, découper, former, assembler, souder des tôles, des tubes et des profilés. Il est également amené à utiliser des machines-outils pour réparer des pièces ou en fabriquer de nouvelles (cisailleuse, plieuse, rouleuse, cintreuse…). Ce métier amène au contact de l’énergie et des produits fabriqués ou transportés.
Reconnaître le risque et vous en protéger feront partie de votre métier.

Quelles qualités pour exercer ?

Les activités de chaudronnerie requièrent en particulier l’habileté manuelle, une aptitude au calcul et à la géométrie, une bonne perception des formes et des volumes dans l’espace. Il est également important d’avoir la capacité à organiser un poste de travail, de faire preuve d’autonomie dans le travail.

Quelles sont les conditions de travail ?

Le chaudronnier travailler essentiellement en atelier pour la petite et moyenne chaudronnerie (installations de ventilation et de chauffage, cuves, chaudières, carrosserie automobile, cellules d’avion, wagons de chemin de fer…).
Sur le chantier, pour le montage après fabrication de grosse chaudronnerie (récipients de stockage et réservoirs des industries chimique et pétrolière, conduites et appareils de centrales hydrauliques et nucléaires)…

Il peut être amené à travailler aussi bien en atelier que sur site, généralement debout, souvent dans le bruit. Et peut parfois travailler en roulement (2×8, 3×8).

Quelles sont les perspectives de recrutement ?

Compte tenu de la pyramide des âges du métier, des embauches afin d’assurer le renouvellement de la profession sont inévitables à très court terme. Les chaudronniers sont actuellement recherchés sur le marché de l’emploi.

Le chaudronnier travaille essentiellement sur des installations de production, en usine, directement chez le fabricant ou chez un prestataire de service
Les employeurs sont constitués à 60 % par l’industrie mécanique, la construction navale, l’aéronautique et l’armement.

Quel salaire ? Quelle carrière ?

Le salaire d’embauche du chaudronnier débutant varie de 1 200 à 1 500 € bruts par mois.

Pour un chef d’équipe le salaire varie de 1 700 à 2 000 € bruts par mois.

Après quelques années de métier, le chaudronnier peut évoluer vers les postes de chef d’équipe ou d’atelier, se spécialiser dans certains matériels ou technologies (alliages d’aluminium ou de magnésium, soudage de réservoirs d’appareils à pression…) , se diriger vers le métier de traceur ou encore ce recycler dans d’autres métiers du travail des métaux : tuyauteur, soudeur, ajusteur mécanicien, charpentier/ monteur en structures métalliques, tôlerie automobile/poids lourds.

Comment devenir Chaudronnier ?

Parmi les formations qui vous permettent d’accéder à ce métier, le Pôle Formation des Industries Technologiques propose :

Le BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle vous permettra d’évoluer vers des missions de chef d’équipe ou de technicien en bureau d’études. Des formations complémentaires pourront vous être dispensées en entreprise afin d’obtenir des qualifications spécifiques, notamment dans les techniques de soudage.